Avoir encore une âme ou pas : vidéo et enquête – soul simulator

Âmes en stock, titre original Cold souls : je vous l’avais annoncé ici, ceux qui ne m’ont pas écouté n’auront pas le choix et vont en entendre parler, car je pense que je vais vous en montrer quelques séquences ! En effet, de nombreux passages du film peuvent servir de base à la réflexion. Ce premier extrait est excellent : Paul Giamatti, qui joue son propre rôle d’acteur new-yorkais déprimé, a choisi de faire appel à cette société d’extraction d’âme car il n’arrive pas à répéter son prochain spectacle sans être submergé et anéanti par l’émotion suscitée par le personnage. Il pense qu’en mettant son « âme » de côté, cet afflux émotionnel ne sera plus et il pourra se contenir… Je vous passe la discussion avec le médecin qui le reçoit (je garde cette entrevue pour un autre post, si je la trouve disponible quelque part pour vous en ligne) : la vidéo ci-dessous commence juste après l’extraction de l’âme dans un engin qui rappelle une IRM : on passe dans la salle de repos , comme après un acte de médecine ambulatoire, où chacun peut se remettre de ses émotions (sans âme ?), avec une petite pochette, genre thermos souple, qui contient la précieuse substance.

Et c’est là que ça devient intéressant : Giamatti doit subir un test indispensable qui confirmera la bonne extraction de son âme, ou du moins la quantité d’âme extraite. Cela se passe dans le « soul simulator », ou simulateur d’âme, objet au design sorti tout droit des années 50 … Le test qu’il passe paraît ludique, mais on se demande tout de suite quelle est la fiabilité du diagnostic à partir ce ces questions … Et quelle a été la réflexion des scénaristes pour construire ce test. Je vous laisse regarder la vidéo, et ensuite répondre à l’enquête pour savoir comment vous, vous feriez pour savoir si une âme est bien présente dans un corps humain. Je dis bien « dans un corps humain », car il est question dans notre réflexion de l’âme humaine, de l’âme de l’être humain, on a en effet déjà abordé à plusieurs reprises ces questions de bi-dimensionnalité de l’homme et de spécificité de l’âme humaine par rapport à l’âme animale (Le modèle du soi / L’empathie, quelle spécificité humaine ? / Neurobiologie de l’addiction : analogie et pistes de réflexion / Le modèle du soi selon Bahram Elahi : quiz, et en général les articles de la section anatomie).

Pour l’enquête ci-dessous, vous verrez que la question principale, la dernière, n’est pas une question à choix multiple, car les  choix justement ont ce désavantage de proposer des réponses toutes faites, ce qui brise la spontanéité et la réflexion. Du coup, il s’agit d’une question ouverte. Je compte sur vous pour remplir cette enquête jusqu’au bout (7 QCM, dont 3 oui/non, et une question ouverte, ça reste abordable !), car si j’ai assez de réponses je pourrai vous les présenter dans un post.

Loading…

(Photo en début d’article : extraite du film Cold Souls, de Sophie Barthes, 2009).

Share
This entry was posted in Cinéma, Clinique and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>