Esprit – Entretien philosophique (3) – Raphaël Enthoven – Julie Henry

Dernier épisode de notre trilogie : ici Raphaël Enthoven reçoit Julie Henry autour du thème phare : l’esprit. On a précédemment parlé de l’identité et du corps. J’ai bien aimé cet entretien, de nombreux thèmes intéressants sont abordés parmi ceux qui peuvent intéresser le lecteur de ce blog. Ce qui est toujours frappant, c’est qu’en réalité il est difficile d’aborder l’esprit de manière « pure » et isolée, sans faire finalement intervenir le corps de manière quasiment constante : quel « mélange » entre l’esprit et le corps ? Quelle finalité à ce mélange ? Quelle localisation de l’esprit dans le corps ? Quelles interactions entre l’esprit et le corps ? Que serait un esprit qui s’affranchit de la matière ? Et d’un autre côté, quels attributs du corps sans l’esprit ? Et pourquoi ne pas penser, au lieu de séparer corps et esprit, une entité unique qui aurait d’une part des propriétés corporelles et d’autre part des propriétés mentales ou spirituelles ? Autant de questions — parmi d’autres — qui sont abordées dans cet entretien.

Attention aussi, en regardant ces vidéos, à la terminologie âme / esprit : Julie Henry fait bien la distinction dans son discours entre l’âme, qui serait en liaison avec les fonctions vitales du corps, ce « qui rend le corps vivant », le « souffle », principe vital, et l’esprit, qui serait cette « pensée indépendante du corps se développant de façon autonome ».

Dans l’approche « médicale » que nous nous efforçons d’avoir, un point en particulier a retenu mon attention : la possibilité, au travers d’une « pratique » et du développement de certaines « habitudes », d’un perfectionnement simultané du corps et de l’esprit ; nos deux philosophes parlent d’une « incarnation de l’esprit » et d’une « spiritualisation du corps ». C’est séduisant. Pourtant la nature de l’interaction optimale entre les deux entités n’est pas définie, le développement d’automatismes du corps sous la gouvernance de l’esprit étant présenté comme une modalité de libération de l’esprit, qui peut ainsi « oublier » ce corps qui l’alourdit et se consacrer à son « propre » accomplissement. Comme si les perfectionnements respectifs de chacune des entités étaient deux processus tout à fait distincts, séparés par une ligne stérile renforçant cette image classique de la « nocivité » du corps, rebelle et impur, pour l’évolution de l’esprit. Pourtant, la matière reste le support indispensable de l’accomplissement de l’esprit, Raphaël Enthoven et Julie Henry l’affirment eux aussi dans cet entretien … Il y aurait à débattre sur la physiologie des rapports et des échanges entre l’esprit et son support matériel justement : un support à la manière du tuteur qui soutient une rose, d’un squelette indispensable, et/ou à la manière d’un terreau fertile dans lequel la graine puise aussi des éléments incontournables pour sa croissance et son développement ? En attendant, il ne fait pas de doute que le développement volontaire d’automatismes et d’habitudes  — la pratique des vertus  ? — qui seraient travaillés en traitement ou en prévention de maladies de l’âme fait partie intégrante d’un projet de médecine de son âme.

 

-

L’esprit – 1ère partie

L’esprit – 2ème partie

 

 

 

 

 

-

Invité : Julie Henry
Agrégée de Philosophie, Julie Henry est actuellement allocataire-monitrice à l’ENS-lettres et sciences humaines de Lyon. Spécialiste de la philosophie classique (Descartes, Spinoza et leurs contemporains), elle consacre sa thèse de doctorat à la pensée spinoziste : « Penser le devenir éthique dans la philosophie de Spinoza : la place singulière de l’homme dans la nature ». Ses recherches se concentrent notamment sur les relations entre corps et esprit, philosophie de la vie et bioéthique. Éditrice du Bulletin de l’Association des Amis de Spinoza, elle a publié « L’accord parfait corps-esprit » dans le Hors-Série du Nouvel Obs consacré à Spinoza (août 2009). À paraître aux Éditions ENS : « Le statut des corps vivants selon Descartes et Spinoza et leurs enjeux éthiques ». (Source Arte)


-

-

 

Share
This entry was posted in anatomie, Philosophie, Physiologie and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Esprit – Entretien philosophique (3) – Raphaël Enthoven – Julie Henry

  1. Gérard Lachaussée says:

    Le corps s’il est inanimé ne vis pas. Il a besoin pour ce faire du souffle de vie, de l’âme qui l’anime. L’Esprit est tout autre chose, il est comme un sixième sens qui nous permet de conceptualiser des choses abstraites inaccessibles aux cinq sens physiques. La justice ou l’injustice, l’empathie, l’honneur ou la vertue la droiture , la liste est longue. Mais il peit s’agir de sentiments négatifs comme la cruauté par exemple ou l’orgueuil. La liste est également longue.
    L’esprit, selon moi, nous donne accés à un monde qui tout en étant réel reste immatériel. D’ou ma question:
    « L’esprit ne pourrait-il pas être lui même une entité réelle tout en étant immatérielle et peut-être immortelle comme les concepts qu’il permet d’appréhender?

  2. AlainG says:

    @Gérard
    Intéressant ton commentaire, esprit, 6ème sens et conscience d’une listes de vertus opposées à une liste de vices. Le « propre de l’homme » – de l’esprit de l’homme – de l’âme.
    Je te rejoins assez.

    « Réel et immatériel » : ça pose la question de ce qu’on entend par réel et par immatériel

    Immatériel = ce qu’on ne perçoit pas par nos sens physiques « matériels » ou par les outils actuels « matériels » de la science « de la matière » ?

    Est ce que la science en progressant ne va pas finir par trouver ce pont entre la matière – support de l’esprit et l’esprit lui même ? Quitte à en définir plus précisément la nature (de l’esprit) ? Quitte à redéfinir le matériel et l’immatériel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>