Un libre arbitre : le propre de l’homme ?

J’adore cette question du propre de l’homme. On en a parlé au travers de plusieurs billets : Hospitaliser sans frimer : Jaddo twitte humain, La médecine de l’âme : le propre de l’homme ?, L’empathie : quelle spécificité humaine ? J’ai vu passer des développements radicaux sur cette question, c’est très à la mode cette remise en cause, certains neuroscientifiques posant radicalement l’hypothèse de l’absence ou de l’illusion d’un libre arbitre chez l’homme : notre sentiment d’autodétermination serait si fort que nous n’aurions pas d’autres choix que de continuer à faire semblant de pouvoir choisir. Voir par exemple le libre arbitre n’existe pas, au sujet des recherches menées par Patrick Haagard. Bon moi j’ai quand même décidé, je pense (mais attention, certains diront aussi qu’on a l’illusion de choisir de penser ce qu’on pense), d’écrire cet article et de ne pas consacrer ce temps à autre chose qui aurait été peut être plus légitime au vu des retards accumulés tant sur le plan professionnel que sur celui de mes devoirs familiaux : est-ce faire preuve de libre arbitre ? Quelles sont les puissances intérieures, les schémas de pensée et les références qui sont rentrées en jeu dans ma décision ? N’y a-t-il là que de la biologie ? Bref vous aurez compris que pour moi la réalité d’un libre arbitre n’est pas remise en cause, bien au contraire, surtout dès lors que l’on se place dans le cadre de l’âme et de son perfectionnement. Le libre-arbitre paraît d’ailleurs être une condition nécessaire au perfectionnement de soi : comment l’entreprendre et progresser en l’absence de choix conscients ?

Cette introduction pour en venir à partager avec vous ce billet très intéressant paru il y a quelques jours sur cette question : À qui confier mon libre-arbitre ?, qui aborde avec un cas pratique quasiment banal, un « cas clinique » de la vraie vie, la problématique d’un ego dominateur qui verrouille nos décisions et choix, donc notre libre-arbitre. Bon, vous avez le choix, hein, de cliquer sur le lien et de lire cet article, ou pas … Citons simplement dans son introduction : une question pratique que chacun devrait se poser à tout moment est « de quelle façon et à quelle fin vais-je utiliser mon libre arbitre ? ». Hé oui, « à quelle fin« , encore un choix, des plus tactiques pour le coup !

Share
This entry was posted in Physiologie and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Un libre arbitre : le propre de l’homme ?

  1. DocRem says:

    Intéressant merci. Je choisis (!) de faire ce commentaire : et même le propre de l’âme ?

  2. MH says:

    J’adore la chute de votre article: « de quelle façon et à quelle fin vais-je utiliser mon libre arbitre ? » Excellent…
    S’il y avait à se demander s’il existe bien un libre arbitre, cette fameuse question, je crois, y répond!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>