Raison saine, connaissance et but de l’existence

« Quand la raison saine se développe, il y a des émotions qui se dégagent de la connaissance qu’aucune autre émotion ne peut remplacer » (Le but de notre existence, extrait d’une conférence du Pr. Bahram Elahi en Sorbonne). D’ailleurs, si mon dernier billet, Émotions et raison : bonheur absolu de la compréhension évoquait ce concept, prenant pour exemple la démonstration du dernier théorème de Fermat par Andrew Wiles, je ne faisais qu’ouvrir l’analogie, ayant justement dans l’idée de publier cet extrait vidéo dont le caractère intégré m’avait déjà beaucoup intéressé et ouvert certaines pistes. J’ai un peu traîné, mais bon … Les temps sont durs ! Bahram Elahi synthétise ici en quelque minutes la nécessité pour l’homme, donc pour l’âme humaine, d’un perfectionnement spirituel sous la forme d’un véritable cursus semblable à un cursus d’études universitaires, avec des étapes séquentielles, mettant véritablement au rang d’amusements éphémères les miracles, extases et autres charismes qui intéressent tant de courants pseudo-spirituels, mais qui confinent l’homme dans une addiction dont il ne sortira que diminué. Compréhension, cognition, volonté, raison : ce sont certainement ces mots qui pourraient rendre compte du sérieux et de la réussite prévisible d’une démarche spirituelle qui pourrait s’apparenter à une médecine de l’âme. L’émotion, si elle survient, accompagnerait la connaissance, source du bonheur, et ne serait pas un but en soi … Déprimant ? Pas vraiment si on écoute les explications de l’orateur à cette objection qu’il devance …

Le site e-ostadelahi.fr a aussi posté un autre extrait qui concerne directement cette faculté que Bahram Elahi appelle la raison saine : comment se fait-il que certains chercheurs éminents, d’une intelligence redoutable, scientifiques à la pointe de leur spécialité, rejettent en bloc toute idée de l’âme, du divin, etc., alors que d’autres trouvent au contraire toutes ces notions parfaitement logiques et sans contradiction avec leur domaine d’expertise ? Y-aurait-il une intelligence ou une approche spécifique pour s’intéresser à ces concepts puis éventuellement les admettre, les assimiler ? Ici, Bahram Elahi développe, et non sans humour dans les analogies qu’il utilise, cette idée d’une évolution de la raison humaine qui porterait en elle le germe de la raison saine, capable, elle, de saisir, la dimension spirituelle des choses …

 

 

Share
This entry was posted in Schémas de pensée and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Raison saine, connaissance et but de l’existence

  1. olaf says:

    http://www.yanndarc.com/article-bruno-groning-guerisseur-ou-charlatan-115298026.html
    Pourquoi traiter de telles démarches d’enfantillages ? Croyez-vous que les survivants trouvent leur guérison un enfantillage ?
    Rappelons-nous la parabole des indiens qui dans la nuit disent : « C’est moi qui tient l’éléphant et pas toi », l’un tenant la queue, l’autre la trompe, l’autre une oreille…

  2. Charlie says:

    Pour moi aucun problème toute guérison est la bienvenue ! Mais je suis aussi d’accord pour dire que chacun est le plus à même de définir en toute liberté ce qu’il recherche dans une démarche spirituelle, y compris les points donnés dans cet article : quelle finalité, quelle connaissance de soi, quelle compréhension des vérités, quelles émotions, quelles sensations, voire quels pouvoirs, etc … Après, personne ne peut juger, chacun est libre de faire ce qu’il veut ! Mais avant de suivre tel ou tel concept, de mettre en pratique telle ou telle recommandation, il paraît raisonnable de se poser quelques questions, de même qu’on ne s’inscrit pas dans n’importe quelle faculté pour apprendre la médecine … Merci pour ce blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>