Le principe d’incertitude : cinéma, physique, réflexion

Après notre post sur la causalité, j’ai revu — sans lien de cause à effet évident ! — ce très bon film de Joel Cohen, The Barber, the man who wasn’t there. Noir et blanc. Mise en scène  d’une grande qualité (voir extrait en fin d’article). Ce personnage excellent, Freddy Riedenschneider (Tony Shalhoub), avocat à la mode et au succès énorme, cherchant une stratégie de défense, se met véritablement en scène et donne une leçon à ses clients sur le principe d’incertitude, décrit initialement  par Werner Heisenberg. Ce principe fera d’ailleurs le lit d’une controverse classique entre Albert Einstein et Niels Bohr, tous deux Prix Nobel de Physique à un an d’intervalle, 1921 et 1922 respectivement, qui s’opposeront dans un débat devenu célèbre : en 1927, invité au cinquième congrès Solvay, Einstein proposera un défit expérimental pour marquer son opposition au principe d’incertitude de Werner Heisenberg, et lancera à Niels Bohr : « Gott würfelt nicht » (« Dieu ne joue pas aux dés ») , ce à quoi Niels Bohr répondra : « Qui êtes-vous Albert Einstein pour dire à Dieu ce qu’il doit faire ? ».

Mais attention, là c’est du cinéma, les raccourcis sont multiples, la compréhension de ce principe passe par une bonne connaissance de la physique quantique et des multiples controverses qu’il a suscitées, y compris sur le plan philosophique. L’intérêt de son irruption dans une discussion sur notre connaissance de nous-même, de notre âme et de son devenir reste de plus à discuter …

La conclusion de l’avocat sur l’intérêt pratique de ce principe, en toute fin d’extrait, est éloquente ! N’empêche que vu comme ça, surtout si on n’y connaît rien, c’est un peu déroutant. J’ai donc trouvé qu’il est intéressant d’y réfléchir et de voir par soi même ce qu’on répondrait à une telle démonstration, surtout si l’on pense que la clé se trouve justement peut-être dans l’observation, la compréhension, l’intégration dans nos choix, nos comportements et nos pensées, des mécanismes causaux qui gèrent notre âme.

Ci-dessous l’extrait en VF … je vais voir si je le trouve en VOSTFR, car le jeu de Tony Shalhoub est vraiment à voir.

**************
Suivez ce blog sur Facebook !

Share
This entry was posted in Cinéma, Science and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>